CHAPITRE 1 : POUR UNE AGRICULTURE EN QUALITE TOTALE

ou comment comprendre le contexte du partenariat européen PAQT (mené entre 2015 et 2020) ?




Auteure : Muriel GINESTE (avec le contribution des partenaires)

CISALI fait le choix de publier en plusieurs chapitres autonomes, les principaux résultats obtenus dans le cadre du ce projet. Ce premier chapitre fixe le contexte d'action et les objectifs de la mission de CISALI.



Le monde agricole contraint de retrouver un modèle de production...


La culture de la quantité et de la production intensive qui a marqué les dernières décennies, s’essouffle peu à peu. D’une part, les objectifs de quantité ont été atteints, mais surtout, les impacts négatifs que cette politique sont considérables. Face à cette crise de confiance, l’agriculture française se retrouve, aujourd’hui, au carrefour d’enjeux économiques, environnementaux et sociétaux majeurs. Elle fait face à plusieurs défis d’une ampleur sans doute jamais égalée : elle se doit d’être compétitive dans des marchés de plus en plus ouverts, respectueuse de l’environnement et des ressources naturelles, robuste face aux aléas et notamment au changement climatique ; elle doit simultanément participer à la nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre ; elle doit aussi répondre aux attentes de plus en plus diversifiées des consommateurs qui souhaitent des produits sains, sûrs, tracés et élaborés dans le cadre de pratiques et de systèmes durables[1]. Les avancées agronomiques et technologiques contribuent certes, à moderniser et faire évoluer les pratiques, toutefois on déplore un déficit de communication auprès du grand public, peu conscient des changements engagés. La pression économique accentue les situations de tension entre les communautés agricoles, les pouvoirs publics et la société. Les efforts et les investissements déjà consentis ne sont pas suffisamment perceptibles et donc pas suffisamment soutenus par le marché pour constituer une valeur ajoutée à long terme. La qualité peut-elle être une réponse ? La politique de la qualité change peu à peu de statut : de politique annexe, elle cherche à devenir une composante à part entière de la politique agricole, tant dans une perspective de développement agricole et rural que dans l’optique de soutenir la compétitivité et la croissance agroalimentaires[2]. Elle se structure et s’organise en empruntant deux voies indépendantes mais complémentaires : celle de la normalisation et celle de la certification, en prenant le risque, avec la multiplication des signes distinctifs de qualité, de complexifier le mécanisme d’identification et de décryptage du consommateur.


Le partenariat européen d’innovation PAQT – Pour une agriculture en qualité totale

Cisali s'est engagé dans un partenariat européen d’innovation (PEI) impliquant la coopérative Qualisol et 4 partenaires, facilitateurs d’innovation (innovation brokers) : la plateforme agroécologie d’Auzeville, le cluster Arboritech et l’Association Patrimoniale Internationale (API). Dans le cadre du PEI-PAQT, à l’échelle du territoire couvert par la coopérative Qualisol, les partenaires ont posé la qualité comme une valeur différenciante à moyen terme pour l’agriculture. L’ambition du PEI-PAQT était donc de porter et d’animer un partenariat pour une « agriculture en qualité totale » au cœur du département du Tarn-et-Garonne. Le défi était de construire ensemble une méthode d’émergence territoriale de cette qualité totale.


Question de départ du partenariat :

Comment engager massivement une grande diversité d’exploitations agricoles dans des pratiques et des systèmes à la fois productifs, rémunérateurs sur le plan économique, économes en ressources, respectueux de l’environnement et socialement responsables ? Est-ce que cet engagement permettra de créer de la valeur (économique, environnementale et sociale) à long terme ? Pour répondre à cette question, les partenaires du


PEI PAQT engagent des démarches et des actions coordonnées et menées dans une approche globale et systémique autour de 4 grands défis :


Défi 1 : Changement de pratiques agricoles : mettre l’agriculteur au cœur de la démarche. ð les agriculteurs de Qualisol seront reconnus pour leurs bonnes pratiques agricoles, responsables et durables

Défi 2 : Impliquer les salariés dans la démarche innovante ð L’innovation devient un enjeu stratégique de Qualisol et l’ensemble des salariés sont parties prenantes dans la démarche de changement

Défi 3 : Impliquer, aux côtés des partenaires du groupe opérationnel, les acteurs de l’écosystème territorial dans la co-construction et l’atteinte d’objectifs « qualité » sur le territoire (qualité de vie, qualité de l’eau, de l’air, du paysage, etc.) ð Le territoire de la coopérative devient territoire « Haute Qualité territoriale »

Défi 4 : Impliquer les consommateurs dans la co-construction des objectifs « qualité » à atteindre pour prétendre à une qualité « produit » identifiée durable et responsable. Créer des gammes de produits innovantes issues de l’agriculture durable. (défi porté par CISALI)


Les questions de départ et le cadre de mission de CISALI


CISALI se centre sur la relation producteurs/consommateurs. Si la qualité est posée comme une valeur différenciante, si elle est le fruit d’une négociation, peut-on repenser un contrat de confiance entre les consommateurs et les agriculteurs à travers une vision commune et partagée d’une agriculture de qualité ?


L’objectif premier de sa mission est de co-construire des critères « qualité » d’une agriculture durable et responsable par l’implication conjointe et croisée des acteurs des filières (producteurs/transformateurs) et des consommateurs.


Dans le cadre de PAQT, l’action de CISALI s’organise en trois phases :


1/ Définition du périmètre d’action : la première phase se déroule en deux temps, menés en parallèle. Il s’agit d’un côté de mieux comprendre les mécanismes de la construction du choix en situation d’achat alimentaire, de l’autre de mieux qualifier, par une analyse de la littérature, les caractéristiques de l’agriculture durable et responsable.

2/ Création d’une première catégorisation de critères qualité : la deuxième phase s’organise autour d’une collecte de données exploratoire. L’objectif est de travailler étroitement avec des professionnels et des experts sur les critères qui, pour eux, définissent l’agriculture durable et/ ou l’agroécologie et de reproduire une démarche identique auprès de communautés de consommateurs.

3/ Test de la catégorisation de critères en situation contrôlée et en situation réelle d’achat : une première catégorisation de critère est établie et testée sous forme de scénarios et par des outils d’évaluation (priorisation). Une réflexion est menée sur les supports de communication et d’information possibles et disponibles (étiquetage, applications, etc.) pour préparer un test en situation réelle d’achat (GMS, marché de plein vent, magasins de producteurs, etc.)

Note : cette dernière étape n'a pas pu être réalisée dans le cadre du partenariat, mais elle pourra faire l'objet d'une prochaine expérimentation.


Pour compléter et enrichir la démarche de PAQT, la DRAAF Occitanie a souhaité confier à CISALI des « briques » complémentaires. L’objectif étant de répondre à la question suivante : peut-on imaginer une méthode d’accompagnement d’une démarche de qualité territoriale et de filière sur la base d’un outil partagé par les agriculteurs, les acteurs des filières et les consommateurs ?


Dans le cadre du PEI PAQT, CISALI a pour mission de répondre à ces deux questions :

1- Qu’est-ce qui fait qualité chez le consommateur ? ð en s’appuyant sur une analyse de la littérature et une enquête qualitative (focus groups, entretiens)

2- Qu’est-ce qui fait qualité chez les acteurs des filières ? ð en s’appuyant sur des entretiens semi-directifs.

Dans le cadre de la convention DRAAF, pour enrichir le matériau, CISALI a ajouté des méthodes à ces deux axes : une enquête quantitative sur les critères qualité et l’analyse d’un corpus de spots publicitaires pour mesurer sur quelles qualités les acteurs des filières communiquent auprès des consommateurs.

Enfin, les normes étant très présentes dans les discours des consommateurs et des acteurs des filières, dans le cadre de la convention DRAAF, CISALI a ajouté la question suivante :

3- Qu’est-ce qui fait qualité dans la norme ? ð Analyse de cadres normatifs (cahier des charges, normes iso, etc.) Dans quelles mesures, les cadres normatifs existants, officiels et non officiels, reflètent et conditionnent la qualité alimentaire ?


A l’issue de ces différentes étapes, l’objectif est double :


1- Construire un outil de lecture de la qualité territoriale qui pourra servir de support d’échange et de coopération entre les acteurs des agro-chaines et les citoyens ;

2- Définir une méthode d’accompagnement pour déployer la démarche à d’autres contextes que celui de la coopérative Qualisol.




[1]Guyomard, 2011 [2] (Valceschini et Nicolas, 1995). Cf également les EGA


Posts à l'affiche