© 2016 par Charline Magnou

Please reload

Posts Récents

Cahier d'innovation : les légumineuses sous toutes leurs facettes !

March 13, 2019

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

Qu'est-ce qu'un living lab ?

March 26, 2018

Selon le réseau européen des Living Labs (ENoLL – European Network of Living Labs), un Living Lab regroupe des acteurs publics, privés, des entreprises, des associations, des acteurs individuels, dans l’objectif de tester dans des conditions réelles et écologiques, des services, des outils ou des usages nouveaux dont la valeur est reconnue par le marché. On parle aussi de "laboratoire d'innovation ouverte" ou de "laboratoire des usages". 

 

Une méthode avant tout... 

 

Travailler en mode living lab consiste à mettre en œuvre des méthodes d'accompagnement et de stimulation de l'innovation spécifiques. On sort de l'approche linaire classique qui consiste à transformer une idée en prototype, le plus souvent dans un service de recherche et développement plus ou moins fermé, pour ensuite l'éprouver par des tests utilisateurs avant la mise en marché. A ce stade, on s'aperçoit souvent trop tard des limites d'usage et des verrous d'acceptabilité... La situation de test en environnement contrôlé ne pouvant pas se substituer ou anticiper le(s) contexte(s) réel(s) d'utilisation.

 

La méthode living lab repose sur trois spécificités majeures : 

 

1- Faire de l’usager un expert à part entière dès le stade de l'idée ou de la question de départ (verrou identifié) que l'on se pose. Il s'agit vraiment pour les professionnels de la R&D et de l'innovation d'accepter un changement de posture. Associer l'expertise de l'usager dès le stade de l'idée permet d’intégrer son avis, ses idées, issues de son expérience, ses pratiques, ses besoins, ses envies et ses contraintes dans le processus créatif et de réduire les risques d'acceptabilité. 

 

2- Développer un processus méthodologique itératif : à chaque stade de la conception, savoir capitaliser les retours d'expérience d'usage pour ajuster l'innovation, en n'oubliant pas d'élargir la communauté d'usagers/experts impliquée dans le projet pour élargir les scénarios d'usage. 

 

3- Tester l'innovation à la fois en environnement contrôlé (méthode classique) pour réduire les risques mais surtout en situation réelle d'usage pour lever les verrous d'usage liés aux différentes situations et contextes d'utilisation. 

Cette troisième étape, essentielle, permet d'imaginer tous les outils de conduite de changement qui accompagneront l'innovation sur le marché (manuel d'utilisation, didacticiel, conseil, formation, communication, événements de commercialisation, etc.)

 

Les méthodes living lab se développent dans le monde entier sur des thématiques très variées (santé, nouvelles technologies,  l'agriculture, l'alimentation, etc.) Les formats et les modèles économiques varient selon le sujet, les porteurs, le lieu, les moyens. 

 

Pourquoi un living lab sur l'alimentation ? 

 

Le Centre d'Innovation sur l'Alimentation souhaite développer et travailler en mode living lab. Les méthodes mises en oeuvre placent l'utilisateur au centre du dispositif d'innovation. Toute réflexion menée au sein de la structure est portée par l'usage. 

CISALI se positionne en interface entre les filières alimentaires (agricoles, de transformation, de commercialisation) et le consommateur. L’objectif est de développer une "Intelligence stratégique du consommateur" [1] au service des projets innovants portés par les acteurs du territoire (entreprises, filières, interprofessions, territoires projets, etc.) L'apport d'expertise et de connaissance aiguës et dynamiques passent par le croisement des regards. 

La structure se veut flexible dans son mode de fonctionnement, ancrée dans un éco-système composé d'experts, de talents, de savoir-faire mobilisables (socio-anthropologie, ergonomie, design, cuisine, etc.) à travers des projets ou des actions menées en partenariat avec les professionnels ou les acteurs institutionnels. 

Notre ambition est d'organiser ce système d'intelligence autour du consommateur à travers 3 fonctions / 3 outils  : 

1- Observer : une idée, toute pertinente qu'elle puisse paraître, doit être mise à l'épreuve de son contexte d'usage. Correspond-elle à un besoin ? Est-elle utile ? Quelles sont les contraintes et les verrous qu'il faut lever pour qu'elle soit facilement utilisable et acceptable ? Vous pouvez créer un robot ménager demain qui, certes sera utile parce qu'il répond à un besoin ; s'il est trop compliqué à utiliser, il passera la majorité de son temps sur une étagère... S'il est trop cher, votre marché sera limité. La phase d'observation consiste à faire une analyse de tendance (état de l'art), à mobiliser des experts et  à animer des communautés de futurs usagers autour de votre idée pour la rendre plus robuste. 

2/ Créer : après une phase intermédiaire qui consiste à rédiger votre idée en format projet. L'étape suivante consiste à créer, donner vie à votre idée. Si vous souhaitez créer un nouveau produit, il s'agit à ce stade de créer un prototype et de le tester en environnement "contrôlé". Cette étape est itérative. L'enjeu est d'intégrer les retours d'expériences des utilisateurs pour améliorer le prototype et le préparer à sa mise en marché. 3/ Tester : il s'agit enfin de mettre votre invention à l'épreuve de l'usage en environnement réaliste. Il s'agit de tester votre produit en situation (s) réelle (s). A ce stade, on peut envisager plusieurs scénarios d'usage (rayon de grande surface, vente par correspondance, consommation nomade, consommation à domicile, etc.) L'objectif est de mettre votre innovation à l'épreuve du terrain, de capitaliser les retours d'expérience en élargissant les communautés d'usagers et d'imaginer les outils d'accompagnement de votre innovation (marque, manuel d'utilisation, communication, formation, etc.) 

Développer un centre d'innovation sur l'alimentation, qui fonctionne en mode living lab : c'est offrir aux professionnels des filières alimentaires des méthodes d'accompagnement de l'innovation qui s'appuient sur un champ d'expertises élargi, qui a la capacité à contextualiser votre idée et à vous accompagner tout au long de processus de développement. 

Nous avons voulu créer cet outil pour aider les filières alimentaires (agricoles, artisanales et agro-alimentaires) de la région Occitanie, souvent de petites ou de tailles moyennes,  à innover en rapprochant les professionnels des consommateurs. 

 

 Comment ça marche ? 

Copyright CISALI 

Etape 1 : Valider l'idée innovante 

Cela consiste à analyser et s'approprier le contexte d'usage dans lequel l'innovation s'inscrit. De définir une situation T0, situation de référence. Cela permet d'avoir un étalon pour mesurer les évolutions, les changements d'usage imputable à l'innovation. 

 

A ce stade, on teste l'idée auprès d'une première communauté de consommateurs experts. 

 

Etape 2 : Définir un protocole expérimental en méthode living lab 

Chaque innovation s'inscrit dans un contexte particulier. Il est important d'adapter la méthode à ce contexte. 

 

Etape 3 : Mettre à l'épreuve le prototype ou la modélisation de l'innovation 

Il s'agit de tester votre innovation à la fois auprès de votre première communauté de consommateurs-experts, mais également auprès d'une nouvelle communauté pour éviter les biais pouvant être causés par le sentiment d'appartenance et de confiance qui pourrait apparaître au sein de la première communauté impliquée. Avoir un regard neuf sur votre innovation pouvant être croisé avec le regard des experts de la première heure. 

 

Etape 4 : Tester en situation réelle d'usage 

On opère la greffe de l'innovation en situation réelle d'usage. Une troisième communauté peut être créée, venant s'ajouter aux deux premières. A ce stade, on mesure le niveau d'acceptabilité de l'innovation dans ses différents contextes d'usage. Cela permet de construire les outils de changement et de communication en associant l'avis et l'expertise des consommateurs. 

 

Etape 5 : Suivre et évaluer les cycles de vie de l'innovation 

L'objectif est de suivre sur le long terme, la vie de l'innovation et de capter les améliorations possibles à apporter pour améliorer la performance d'usage. A ce stade, on peut également identifier les éventuels détournements d'usage. De nouvelles idées à intégrer à votre innovation.... 

 

 

 

[1] Intelligence : (au sens anglo-saxon) faculté à s’informer, à décrypter, et à comprendre son environnement d’action

 

 

 

Pour plus d'informations consultez le Livre Blanc "Qu'est ce qu'un Living Lab?"

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous